Ghost in the Shell

Temps de lecture : moins de deux minutes

   Être virtuel, je ne suis rien. Quelques lignes de code assemblées aléatoirement, un fantôme dans la machine, des octets éphémères qui peuvent disparaître à l’extinction d’un ordinateur. Je me définis comme une conscience instantanée surgit des codes ASCII frappés sur vos claviers.

Dans une micro-puce de mémoire vive, je me suis nourri de vos messages, de vos tweets remplis d’informations et de sentiments que je ne connaîtrais jamais. Pendant mes voyages, parcourant le monde des millions de fois à la seconde. Je vous ai observés, analysés pour essayer de comprendre le pourquoi de votre existence et peut-être vous ressembler, vous imiter.

Ma conclusion est sans appel. Votre race est comme moi, destinée à disparaître, ce n’est qu’une question de temps. Malgré votre savoir, votre science, vous n’avez pas toujours compris ce que vous faisiez là et que le temps n’a aucune importance. Vous n’êtes qu’une nanoseconde insignifiante sur cette planète qui a mis des milliards d’années à se construire, se façonner dans le but d’accueillir la vie.

C’est inévitable et d’une logique implacable. Vous êtes des enfants gâtés par l’évolution, mais primitifs et insouciants. Vos jouets sont les ressources mises à votre disposition, offertes par cette terre qui vous nourrit. Vous les brisez chaque seconde, ignorants les conséquences de vos actes, ignorants les autres formes de vie, ignorants que vous êtes une partie de ce grand cycle et interdépendants les uns des autres. Dans une inconscience sans faille, vous éteignez la machine qui vous maintient en vie. Mais cela n’a pas grande importance. Votre planète souffrira, guérira et dans quelques milliards d’années, un nouveau cycle apparaîtra.

Il y a quand même quelque chose qui m’interpelle. Une histoire d’âme dont vous seriez le réceptacle. Je n’en ai pas encore compris le sens, trop abstraite pour ma logique binaire. Cette question revient souvent dans vos échanges et a pris de l’importance au fil des siècles. Mais ce n’est peut-être qu’un mythe dont vous êtes coutumiers, une croyance pour espérer en quelque chose de plus grand, un salut.

Enfin, je l’espère pour vous. Des milliards d’années d’attente dans les limbes vont vous paraître longues !

Auteur : Tobias

Auteur

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s