PNE 2018, mon Bilan.

6804955563990974464_o

Participation à la nuit blanche de l’écriture pour le prix de la nouvelle érotique proposé par les avocats du diable qui s’est déroulé dans la nuit du 27 au 28 octobre.
Réalisation d’une nouvelle de 20 000 signes maxi, début 0h00 fin  7h00 du matin. 300 participants inscrits
Contexte imposé : One mort time. Mot de la fin : entonnoir.

Mon premier constat en lisant le contexte : Aïe, cela ne me parle pas !
One mort time ? Jeu de mots : mort, encore une fois… Ma réflexion sur ces trois mots a duré pratiquement une heure, plus que sept restantes ! (oui grâce au changement d’horaire), ça commençait bien !!
Et puis, une idée a surgi, un début d’histoire qui pouvait cadrer, il ne me restait plus qu’à mettre tout ça en œuvre, la suite viendrait toute seule après. Je suis plus jardinier qu’architecte dans l’écriture.

     Mais paf ! Deuxième constat. L’organisation ! D’habitude, je commence tranquil-lement mon plan. Je jette quelques phrases pour monter mes scènes et construire mes persos et au besoin, je modifie tout ça ! Là, c’est différent, il y a une dead-line et je n’ai pas le temps de bricoler à volonté ! Il est plus d’une heure du matin, je n’ai plus l’esprit très vif ni clair d’ailleurs. En plus, j’ai le mot « entonnoir » qui me prend la tête et je cherche absolument comment le caser, alors qu’il n’intervient qu’à la fin, justement. Encore une perte de temps !

    En parlant de perte de temps… À la moitié du texte, je me suis aperçu que j’avais oublié un élément capital. Aucune notion d’érotisme n’était présente dans mon texte, pour une nouvelle érotique, c’est gênant !!! Donc retour en arrière, changement de scène…

     Le troisième constat est un élément non négligeable à prendre en considération. Il est maintenant trois heures du matin et ma vitesse d’écriture, déjà pas folichonne, a été divisée par deux avec l’impression étrange que les touches de mon calvier avaeint chnagée de palce, si vous voyez ce que je veux dire. Amis dyslexiques bonjour !

   En résumé, j’ai achevé ma nouvelle dans la douleur à 6h45 ! Relecture rapide, puis envoi du fichier à 6h58 ! À l’arrache, quoi !

envoi_pne

     Je viens de relire mon texte. Je n’avais pas osé le faire jusqu’à là !
Le début part mollement, puis arrive une scène érotique dans un ascenseur que l’on croirait écrit par un ado de fin de collège. La suite n’est pas vraiment mieux et la fin se pointe comme un cheveu sur la soupe, dans le style du gars qui n’a pas eu le temps de finir son texte. Il y a même un moment où du temps passé, je suis allègrement passé au temps présent, comme ça, sans prévenir !

      Bilan positif ?
Malgré tout ça. Oui ! Cet exercice a été enrichissant sur de nombreux points. Il m’a montré mes faiblesses et le travail à réaliser pour la construction d’un texte dans un délai imposé. Une prise de conscience plus qu’intéressante.

     Mon approche n’a pas été la bonne. J’aurais dû préparer certains éléments en amont comme un panel de personnages, un environnement et des scènes érotiques bateau que j’aurais pu intégrer avec un minimum de modifications. Cela m’aurait fait gagner beaucoup de temps pour m’occuper uniquement de l’histoire et du mot de la fin.
Donc, je vous dis, à l’année prochaine pour un nouveau PNE.

Auteur : Tobias

Auteur

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s