La méthode du flocon

La méthode du flocon de neige, bien démarrer un roman en dix étapes.

Vous écrivez depuis des années, mais n’avez jamais finalisé une histoire !
Vous avez 50 idées de roman à la seconde, votre cerveau bouillonne H24 avec une envie d’écrire perpétuelle !
Ça tombe à pic, la méthode du flocon est là pour vous aider.
Peut-être n’avez-vous pas juste la bonne méthode pour construire votre roman (ou pas de méthode du tout). Avant de commencer, jetez un œil sur ce billet afin que cette matière qui foisonne dans votre crâne ne devienne pas un énorme Gloubiboulga indigeste pour vos futurs lecteurs.

Son principe est simple, étape par étape, elle vous permet, pas à pas, de mettre en place tous les éléments d’une construction sans faille de votre roman ; organiser vos idées, les mettre dans le bon ordre, voir les éléments manquants, les recherches à réaliser et ainsi éviter de partir dans tous les sens pour se rendre compte au bout de X chapitres que vous avez oubliés des éléments importants dans votre histoire !

Étape 1 – Votre histoire en une phrase

Résumé en une phrase le sujet de votre roman. Elle doit être courte, une ligne, c’est parfait. Pas de détail, pas de nom de personnage, de lieu. Elle pourra être utilisée par la suite en phrase d’accroche pour faire la promotion de votre roman. Exemples :

  • Une bergère entend des voix et part en guerre pour sauver son pays.
  • Un génie du mal invente une machine pour asservir l’humanité.
  • Un jeune fermier découvre une arme prodigieuse et sauve son pays d’un tyran.

 

Étape 2 – Développer en 5-6 phrases

Développez cette phrase en un petit paragraphe de 5-6 phrases. Cette étape n’est pas un synopsis. Mettez les événements majeurs, de la situation initiale à la fin. N’oubliez pas que c’est votre résumé, il doit vous aider à affiner le déroulement de votre récit. En gros cela donnerait, 1 phrase pour le contexte du roman, 3 à 4 phrases pour les événements majeurs, 1 phrase pour le dénouement.

Pensez à indiquer les émotions majeures de votre roman (histoire qui fait peur, roman triste, philosophique, humoristique).

 

Étape 3 – Les personnages et lieux

Il est temps de lister et de décrire vos personnages et lieux. Comme dans les étapes précédentes, pas de détails, juste son impact/rôle sur l’histoire. La biographie sera pour plus tard.

Exemple d’éléments à remplir pour un personnage ci-dessous.

Nom, prénom du personnage :

Type de personnage : protagoniste, antagoniste, second rôle, etc.

Caractère : Altruiste, associable, trop gentil, violent, parano, etc.

Motivation première (abstrait) : Dominer le monde, conquérir le cœur d’une inconnue

Besoin (concret) : une armée, une arme prodigieuse, etc.

Conflits, défis intérieurs : lutte contre le mal, besoin de s’affirmer vis-à-vis d’un parent, prouver sa valeur.

Évolution, révélations : développement personnel, apprentissage de la magie, possède des dons particuliers, etc.

Fins possibles du personnage : décède fin 1er acte, mort déclenchant un événement, etc.

Résumé de sa vie : À grandi seul au fond d’une cage, né avec une cuillère en or dans la bouche, enfant tiraillé entre ses parents divorcés, etc.

Même principe pour les lieux.

Est-ce un lieu existant, inventé : Paris, planète lointaine, etc.

Environnement général : ville, campagne, montagne, etc.

A-t-il des particularités : inhospitalier, agressif, chaleureux, etc.

A-t-il un rôle actif dans de déroulement de l’histoire : tremblement de terre, tsunami, etc.

 

Étape 4 – Le synopsis de travail

On attaque le développement de l’étape 3. À ce stade, si votre histoire à des manques ou est bancale, vous devriez le sentir. Il est temps de rentrer dans le détail. Pour cela vous devez reprendre chaque phrase et en rédiger un paragraphe. Ne cherchez pas à faire de savantes constructions de phrases, c’est uniquement pour vous. Chaque paragraphe doit normalement finir par un événement majeur, sauf le dernier qui explique la fin de l’histoire, bien sûr. L’ensemble peut faire 1 à 3 pages selon la richesse de l’histoire.

 

Étape 5 – Développement des personnages

Comme pour l’étape 4 pour le paragraphe, mais ici le résumé est fait pour les personnages. Une page pour les persos principaux, et une demie pour les secondaires. Ces synopsis de personnage servent à raconter l’histoire de leur point de vue. C’est le moment où vous êtes susceptible de retourner travailler les étapes précédentes en fonction de ce que vous avez appris en travaillant celle-ci.

À ce stade, vous aurez compris que c’est de là que la méthode tient son nom. Les flocons s’assemblent et forment quelque chose de plus grand, mais toujours dans un système structuré.

 

Étape 6 – Le plan détaillé

C’est le moment de prendre le résultat de l’étape 4 et d’aller dans le détail. Noter tous les événements, les rebondissements. Tout le temps passé sur cette étape est du temps gagné sur l’écriture du premier jet. Vous n’aurez pas à vous dire après chaque scène : « Je fais quoi maintenant ? » et de craindre le syndrome de la page blanche.

Normalement, à cette étape, vous comprenez mieux la cohérence profonde de votre récit et vous allez peut-être devoir prendre des décisions stratégiques. C’est le moment de revenir en arrière et de corriger des éléments dans les étapes précédentes. Votre vision de l’histoire est plus claire et de nouvelles idées peuvent apparaître dans votre esprit fertile.

Étape 7 – Les fiches personnages

Vous pensiez que c’en était fini avec les personnages ? Eh bien, non. Il est temps de leur inventer une vie et de profiter des événements appris dans les étapes précédentes en créant les fiches personnages. Notez tout ce qu’il est nécessaire de savoir sur chacun d’eux, les actions qu’ils doivent mener, leur rôle précis dans l’histoire pour être sûr de ne pas vous tromper et ainsi éviter les incohérences. Enfin, le plus important, notez clairement comment les personnages principaux vont évoluer au cours du roman.

 

Étape 8 – Le plan

C’est l’étape la plus laborieuse, à ce stade, je sais que vous n’avez qu’une envie : attaquer la dernière étape. La réalisation d’un plan a plusieurs avantages, vous pouvez le faire sur un tableau, des fiches bristol, un tableur de type Excel un logiciel spécialisé de type Scrivener (payant) ou encore la plateforme Scribbook, qui est gratuite, en français, simple et très pratique. Pour cela, reprenez votre synopsis en 4 pages et établissez une liste des scènes de votre histoire. Sur chaque fiche ou case, vous devez y faire figurer un numéro, le lieu, la date, les personnages, le point de vue, et l’action principale. Le principe est de créer une ligne temporelle de votre histoire afin de déterminer au premier coup d’oeil, qui fait quoi à quel moment. Et si vous avez les moyens d’avoir ce plan sous les yeux pendant l’écriture, c’est encore mieux.

 

Étape 9 – Le découpage en chapitre

Cette étape est facultative, mais peut vous permettre de gagner du temps en évitant d’avoir des chapitres trop gros ou trop petits ou des scènes mal découpées sur plusieurs chapitres.

NB : Il n’y a pas de règles précises sur la taille d’un chapitre. Une scène, un chapitre, c’est bien. Ils permettent surtout au lecteur de pouvoir faire une pause et de reprendre plus facilement l’histoire plus tard sans se demander où en est l’action.

 

Étape 10 – L’écriture

Si vous lisez ces lignes, sans avoir sauté d’étapes, mes félicitations ! Maintenant, asseyez-vous dans un endroit calme et écrivez le premier jet. Vous êtes prêt et allez comprendre pourquoi tout ce travail a été réalisé. Plus de questions à se poser, vous avez toutes les cartes en main pour écrire vite. Vous êtes confiant parce que vous savez que la structure de votre roman fonctionne. Tout est là sous vos yeux. Les personnages attendent au garde-à-vous pour entrer en scène et chacun sait qu’elle est son rôle. Encore une chose. Votre plan n’est pas gravé dans le marbre. Si à un moment, dans un éclair de génie, vous souhaitez le modifier ou le faire évoluer, n’hésitez pas.

Notes :

À la fin du premier jet, il est important de laisser passer du temps avant la réécriture (1 à 2 mois), se vider l’esprit et ainsi pouvoir prendre du recul sur le texte.

Cette méthode n’est pas universelle, tout en gardant l’esprit, n’hésitez pas à l’adapter à vos besoins. Pour ma part, je lui trouve quelques manques. Elle n’évoque pas le temps verbal employé, la thématique de l’histoire si importante, mais aussi le choix de la narration avec l’implication du narrateur, sans parler de l’implication possible du lecteur.

Auteur : Tobias

Auteur

2 réflexions sur « La méthode du flocon »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s