Ecriture, le secret…

« … Un petit message pour solliciter votre aide ! En effet je souhaiterais savoir si vous aviez des « trucs », des « tuyaux » pour l’écriture d’une bonne intrigue policière. Je sais que une « recette secrète », mais si vous aviez deux trois bricoles à me donner en pâture… »

Je suis un athée devant l’éternel (oxymore ?), pourtant en lisant ces lignes postées sur un réseau social commençant par F, je me suis écrié : Mon Dieu ! Comment croire que pour écrire un roman, il suffit de connaître des trucs et autres recettes secrètes ! (Comme les crêpes, alors !)

C’est déconcertant quand on connaît la masse de travail que cela représente et que certains grands auteurs ont passé dix à vingt ans de leur vie à ramer avant de rencontrer leur premier succès.
Je ne sais pas ce qui est le plus fou ? L’auteur de ce message un peu candide ou moi qui m’étonne de ce genre de questions. Je me dis que les livres « comment faire un roman en XX jours » ont encore de beaux jours devant eux.
J’imagine les membres du groupe attendre en embuscade la fameuse formule magique pour s’en emparer à leur tour, puis pondre d’innombrables best-sellers en cachant à leur tour le secret de leur réussite. Le quidam espérait peut-être que Maxime Chattam* en bonne âme vole à son secours pour lui distiller son fameux secret !

J’ai tenté une réponse diplomatique, restée sans suite d’ailleurs. Le demandeur pensant certainement que je faisais partie de « ceux qui savent » et qui ne veulent surtout pas partager leur secret (oui, là, nous tournons en rond).
Quelle réponse ? Je lui ai conseillé de lire ! Oui, c’est idiot, mea culpa. La dernière fois que je l’ai fait, un auteur a écrit fièrement que cela ne servait à rien et qu’il fallait même éviter toutes lectures pour ne pas copier le style des autres, ô misère. Comme si acquérir un style d’écriture se faisait en claquant des doigts. Je ne retranscrirais pas les termes de son message, certains risqueraient un choc émotionnel, voire un malaise vagal et je n’ai pas assez de lecteurs pour me permettre d’en perdre.
Pour me dédouaner, je dirais que j’ai été influencé par de grands auteurs dont Stephen King qui, page 170 de son livre « écriture » conseillait :

Si vous vous voulez devenir écrivain, il y a avant tout deux choses que vous devez impérativement faire : Lire beaucoup et beaucoup écrire. Il n’existe aucun moyen de ne pas passer par là, aucun raccourci.

Je ne suis pas un littéraire, mais de nature pragmatique, je crois sur parole un écrivain qui a vendu plus de 350 millions de livres en quatre décennies.

Et pour vous lecteurs qui avait lu ce billet jusqu’au bout, une partie du secret de Maxime Chattam : Étude de lettre moderne, formation en criminologie.

Auteur : Tobias

Auteur

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s