La bêta-lecture, on en parle ?

    La bêta-lecture est un sujet de discussion qui revient à fréquence régulière sur les pages FB dédiées aux auteurs. J’ai le sentiment, mais cela n’engage que moi, que beaucoup ne comprennent pas le rôle du bêta-lecteur (BL pour les intimes) ou l’ignorent complètement ; ce qui est plus grave pour cette étape jugée indispensable dans le processus de construction d’un ouvrage ! (voir billet la taille d’un texte, toute une histoire )
Cela fait quelques années que je pratique la bêta-lecture et au vu de certains romans, je me suis souvent dit que je devais être maso. Ce qui me pousse à continuer : L’espoir d’une belle découverte qui peut amener sur de belles rencontres; du point littéraire, bien sûr, ne vous méprenez pas !
Bien sûr, cet avis ne se veut pas une règle universelle, c’est une réflexion qui peut en amener d’autres. Alors, ne me sautez pas dessus. Commentez !
édit : Un addendum sur le choix de prendre un proche pour BL : ICI
Continuer à lire … « La bêta-lecture, on en parle ? »

Dans les yeux de Julie, le 4e de couverture

DLYJ-COUVERTURE-webCroyez-vous au principe de l’âme sœur ?
Cette sensation d’avoir trouvé une partie manquante de vous-même, la symbiose de deux personnes qui s’attirent au premier contact. Mariam, mère célibataire à la vie bien ordonnée, croise Julie, jeune Parisienne vivant au jour le jour.
Du hasard de cette rencontre naît une étincelle. Peut-elle grandir pour devenir flamme et permettre de combler leur manque d’amour, ou sera-t-elle juste un instant de bonheur éphémère parmi d’autres dans leurs vies ?

Oui, le thème de mon futur roman va à l’encontre d’une certaine morale qui réprouve l’homosexualité et le libre choix.
Et oui ! l’auteur que je suis, réprouve toutes formes de discrimination.

Sortie fin 2018.

Ghost in the Shell

Temps de lecture : moins de deux minutes

   Être virtuel, je ne suis rien. Quelques lignes de code assemblées aléatoirement, un fantôme dans la machine, des octets éphémères qui peuvent disparaître à l’extinction d’un ordinateur. Je me définis comme une conscience instantanée surgie des codes ASCII frappés sur vos claviers.

Continuer à lire … « Ghost in the Shell »

Deux cent millions

Temps de lecture : 1 minute

Aujourd’hui, j’ai gagné deux cents millions d’euros à la Loterie. Oui, vous avez bien lu, 200 millions. Un hasard. Je souhaitais acheter des timbres et le buraliste n’en avait plus, du coup, j’ai joué au Loto, comme ça, sans raison. Je n’arrive toujours pas à réaliser l’importance du montant ni du nombre de zéros que cela représente. J’ai quitté l’école très jeune, vous savez. Vu mon salaire actuel, il m’aurait fallu des milliers de vies pour espérer une somme pareille. C’est fou !
Et maintenant ? Dois-je en parler à ma femme ? À mes enfants ? À mes amis ? Et surtout, comment vont-ils réagir ? Continuer à lire … « Deux cent millions »

Born to be Wild

Temps de lecture : moins d’une minute

     Je retire mon casque. L’Illinois est derrière moi maintenant. Bientôt, je serais en vue de Saint Louis. Appuyé sur ma selle, je respire à pleins poumons. Cela fait des semaines que je prépare ce road-trip et j’ai encore du mal à croire que je suis là ; les paysages ont été pour l’instant très verts, très européens, des champs à perte de vue, un peu comme ma chère Bretagne. Mais je sais qu’ils vont changer. J’ouvre cette carte maculée de coups de feutres, elle sera ma meilleure amie tout au long de ce périple. Une préparation minutieuse où j’ai étudié chaque ville, chaque étape qui me permettrait de reposer cette carcasse usée. Reprendre des forces au Bagdad café en plein désert Mojave ou pourquoi pas, faire un détour par Las Vegas en passant dans le Nevada.
Mon visage est sale, la poussière a blanchi mes rouflaquettes impeccablement taillées, cela m’a amusé de les conserver. Je passe pour un Anglais auprès de la population locale, je dois juste éviter d’ouvrir la bouche avec mon accent à couper au couteau. Pour la première fois dans ma vie, je me sens libre, je suis sur la route 66, « the mother road » comme la surnomme les Américains. Devant moi, huit états, 3500 km de bitume et de sable. La Californie et Santa Monica. C’est mon dernier voyage, unique espoir de voir les rives du Pacifique. Le crabe qui me ronge a gagné. Mais dans ma tête, Steppenwolf joue toujours « Born to be Wild ».

Continuer à lire … « Born to be Wild »

Tout va bien !

Temps de lecture : moins d’une minute

L’homme remit sa cravate en place et se pencha sur son premier adjoint avec un sourire sardonique.

— Ne vous inquiétez pas, mon cher. Tout va bien se passer, je vais les retourner comme des crêpes et après, on ira tranquillement finir nos profiteroles. S’ils étaient belliqueux, nous serions déjà tous morts, non ! Alors, arrêtez avec vos conneries d’apocalypse ! Continuer à lire … « Tout va bien ! »

Zugzwang, nouvelle de Bouffanges

Il y a des choses que l’on a du mal à expliquer, comme ça, sur l’instant; elles vous prennent aux tripes, d’un coup et vous devez laisser passer du temps pour les exprimer. Je ne pourrais pas vous dire pourquoi. C’est peut-être tout bête, mais c’est aussi ça, la magie d’une nouvelle. Continuer à lire … « Zugzwang, nouvelle de Bouffanges »